la trahison vient de partout

La trahison vient de partout…

D’abord, j’ai pensé que je n’avais rien de spécial à dire en tant que femme, à propos de cette élection.

Rien d’autre que ce constat, en effet, des egos masculins qui s’affirment de toutes façons partout dans la vie sociale…et même familiale, sans généraliser !... Donc rien de surprenant au fait que le paysage politique reflète le même tableau.

Pourtant, en tant que femme, je sentais  une chose douloureuse depuis le début, et cet appel à témoignages m’a fait prendre conscience de la chose : Marine Le Pen !

Nous n’avons pas envie de la considérer comme une femme, et pourtant, elle en est une !!!

Ce qui démontre qu’il existe chez les femmes comme chez tout être humain un potentiel de haine, de fourberie, de violence, de jouissance du pouvoir… qui ne demande qu’à se manifester au gré des circonstances.

Mon sentiment à l’occasion de cette campagne, c’est que la Le Pen, que je n’ai pas envie d’appeler par son prénom, nous trahit, nous la majorité des femmes, dans nos volontés quotidiennes de créer, d’organiser et d’apaiser. Elle renforce ma conviction que le mal suprême existe dans chaque être humain, vraiment,  homme ou femme. Une évidence, me direz-vous. Les faits divers montrent une violence essentiellement masculine, mais l’agressivité n’est pas le seul fait des hommes.  Il existe des hommes battus (j’en connais au moins 2), il existe des femmes imbues d’elles-mêmes.  Chacune et chacun exerce son besoin de puissance avec les moyens dont elle ou il dispose.

Donc j’y vois maintenant plus clair dans mon malaise : le fait que la Le Pen soit une femme me dérange profondément. Plus perfide que son père car justement elle utilise sa féminité pour jouer la douceur, la révolte des opprimés, presque la générosité !

Il faut voir le film « Chez nous » de Lucas Belvaux ! Catherine Jacob a accepté d’endosser ce rôle ! Merci !

Il y a eu bien des trahisons sur la scène politique, beaucoup parmi les hommes dits de gauche, mais cette trahison de la femme Le Pen – qui en l’occurrence n’est pas vraiment une trahison puisqu’elle a toujours eu les mêmes positions, seulement  elle affine sa stratégie – cette trahison je la nomme ainsi parce que tout de même, naïvement peut-être, je crois au rôle éminent des femmes dans le progrès de l’humanité. La Le Pen arriverait presque… à me faire douter de cela !… Je ressens, là, cette « chose », comme un nœud dans la douleur diffuse que cette campagne provoque en moi. 

Finalement, comme toutes les trahisons, celle-ci  se transforme en révélation : en politique, et même si elles ne pratiquent pas le harcèlement sexuel, les femmes ne semblent pas meilleures que les hommes.  Imana dit avec raison qu’il  faut essayer pour voir…Je suis d’accord, il faut continuer à essayer !  Et surtout, surtout, continuer à combattre le machisme dans le monde entier.

Enfin, comme tout le monde, je vis ce mélange d’effroi, de pessimisme, d’espoir et de désespoir, de désir de rebondir et d’accablement…je n’en dirai pas plus !

Je voterai peut-être pour le candidat qui a dit « Je serai un Président féministe – et je m’adresse à toutes les femmes présentes… », à moins que je ne vote pour « celui qui préfère faire perdre son camp plutôt que de lâcher son pouvoir » (bien sûr, ça fait mal !), mais qui  a parlé avec tout son cœur lors du débat télévisé-et là je l’ai senti très sincère- d’une autre minorité qui est celle des migrants.

Edmonde